• Hugues Dorgueil

Osez un langage clair

Qu’il s’agisse des bulletins communaux ou des documents électoraux, force est de constater que la clarté des textes reste à désirer. A trop vouloir s’étendre sur leur message, les auteurs oublient d’être simples et clairs pour que leur message soit lu et compris. Rendre un message accessible à tous est pourtant le devoir de tous les acteurs de la communication institutionnelle.


Osez un langage concis est le défi quotidien pour nos édiles et les agents territoriaux. Il suffit de parcourir nos magazines municipaux, les divers textes d’information pour se rendre compte de cette difficulté de s’exprimer simplement et clairement. Ce que demande le public, le citoyen.


La période électorale est propice aux débordements de tout style linguistique pour transmettre des messages. A travers leurs textes, les candidats se dévoilent. Profitons-en pour lire entre les lignes ! L’écrit est le miroir de celui qui communique. Le plus souvent, les élus ont souvent tendance à développer leur image ou justifier leur action plutôt que d’informer sur la pertinence de leurs actes.


Pour preuve, parcourez les éditoriaux des bulletins municipaux, et professions de foi des équipes sortantes, on assiste à un florilège d’autosatisfaction plutôt qu’une réflexion élargie sur des préoccupations locales, ou une information précise sur un sujet d’actualité locale.

Depuis des années, les municipalités confondent bulletin communal et catalogue promotionnel. Pourtant, les citoyens attendent beaucoup de leurs journaux communaux. Il s’agit du premier média local suivi avec attention. Raison de plus pour les municipalités de faire des efforts en qualité rédactionnelle et la transmission de l’information. Cela ne demande pas de gros budget contrairement à ce qu’ils argumentent.


A nous aussi, citoyens, d’être plus exigeant quant à la qualité des informations et sur les contenus. Cela demande d’être des citoyens-acteurs ! Ne serait-ce qu’exiger l’application de quelques principes fondamentaux de la communication. En effet, tout texte émis doit prendre en compte celui à qui le message est destiné. Le ou les auteurs d’articles doivent bien définir le but de leur texte, à qui est-il destiné et quel est le message essentiel. Rien que cela permettrait d’élaborer des textes clairs et compréhensifs. Ce n’est pas encore gagné !


Enfin, pour faire simple, recommandons à nos élus, à nos administrations, de simplifier leur vocabulaire. Il est tout aussi important d’utiliser ce que l’on appelle la « voix active », c’est-à-dire des expressions dans lesquelles le lecteur se sent directement concerné. Une proximité et osons le dire, une humanité dans les textes qui méritent d’être développée.