Souscrivez à la newletter

© 2023 by TheHours. Proudly created with Wix.com and Adapte ta com

  • Hugues Dorgueil

PATRIMOINE : les carillons, ces musiciens célestes !


Fierté des communes de Flandre, les carillons font partie du patrimoine musical de la région d’autant plus que le Nord possède à lui seul la moitié des carillons de France. Ils résonnent au sommet des beffrois et tours les abritant depuis des siècles, après maintes renaissances.



“ C’est à Hondschoote également que chaque année se tient un festival international avec concerts donnés par des carillonneurs chevronnés.”

Evoquer les carillons, c’est aussi saluer ceux qui tels des musiciens à part entière, les font chanter : les carillonneurs. Ces derniers sont formés et passent les examens après avoir suivi les cours dans les écoles où l’art campanaire est dispensé, comme à Saint-Amand, Tourcoing ou encore Hondschoote où huit candidats carillonneurs ont passé leur examen sous la conduite d’Alfred Lesecq, début juillet 2008.

L’année 2008 fut exceptionnelle pour la Flandre maritime puisque Bourbourg a lancé la renaissance de son carillon. Dès la mi-mai, à Annecy dans les ateliers de l’entreprise Paccard, les cinquante cloches étaient coulées puis ajustées afin d’être toutes prêtes pour le montage pris en charge par la société Paschal de Wimereux.


Renaissance de ce carillon de Bourbourg dès le mois de novembre 2008avec la réalisation de la nouvelle structure et la mise aux normes des lieux afin d’accueillir le public. Un travail imposant que les Bourbourgeois ont pu suivre au fur et à mesure de son évolution comme le firent avant eux les Saint-Polois avec la création de leur beffroi et de son carillon de cinquante cloches dont la plus petite pèse 6 kg et la plus importante, 380 kg. Au clocher de l’église chantera désormais, avec toute beauté, le carillon, sonnant « Fra Diavolo » à chaque heure. Des concerts pourront être donnés aussi par Jacques Martel, carillonneur à Bergues et membre de la Guilde des carillonneurs, lequel fut de bon conseil tout au long du projet.

Certains carillons gardent jalousement de vaillants témoins du passé. En effet, à Avesnes-sur-Helpe, l’empereur Charles-Quint fit don de la grosse cloche en 1514 ; il l’avait fait baptiser « Charlotte » : elle fut refondue pour trôner à nouveau depuis la dernière installation du carillon, en 1956. A Bergues, certaines cloches ont traversé aussi les siècles datant du 17ème ; en 1938, on avait descendu les cloches pour les vérifier, on estimait que le carillon sonnait faux : une action qui lui valut sa survie.